garde-corps chantier

Une construction en chantier constitue un énorme risque autant pour les travailleurs que pour tous les usagers. Ils sont, notamment, sujets à des risques de glissade et de chute à n’en point finir. Pour prévenir et pallier cela, plusieurs dispositions ont été prises, dont l’installation de garde-corps temporaire de chantier. Cependant, il faudra faire le bon choix. Voici quelques informations qui doivent vous guider dans le choix de votre garde-corps provisoire de chantier.

Un garde-corps provisoire de chantier : qu’est-ce que c’est ?

chantier

Un garde-corps de chantier est un accessoire sous forme de barrière placé à une certaine hauteur d’un chantier. Ceci, pour prévenir les chutes par glissage de personnes présentes sur le chantier (ouvriers, visiteurs, etc.) et les chutes d’instruments de travail vers le niveau inférieur.

D’après la législation qui régit le domaine des BTP (Bâtiments et travaux publics) en France, il revient aux maîtres de chantier de sécuriser tout secteur d’une hauteur supérieure ou égale à 50 cm. Cette mesure de sécurité consiste à installer des garde-corps temporaires dont la hauteur et la résistance sont conformes aux normes NF EN 13 374. C’est le cas du garde-corps inox.

En fait, la sécurité et la protection de la vie des personnes sont indispensables sur un chantier de construction ou de rénovation. C’est pour cela que vous devez veiller aux équipements que vous acquérez. Il est important de vous assurer qu’ils sont de bonne qualité et efficaces.

Garde-corps, lisses, barrières extensibles, protection périphérique, pince-dalles, consoles, etc., voilà autant d’équipements et de produits collaboratifs contribuant à une protection provisoire. Il existe aussi des équipements tels que les consoles et les échafaudages.

Ils assurent la protection collective des ouvriers en leur offrant une surface de recueil en cas de chute collective ou d’un quelconque accident collectif. Toutefois, certains équipements de protection collective ne sont que temporaires. Dans un cas pareil, il revient au chef de chantier de veiller à ce que des dispositifs soient installés pour empêcher les chutes vers l’extérieur de la construction.

Il s’agit de :

  • Garde-corps avec lisses, plinthes, filets…, pour la protection au bord ou à l’extrémité d’un plancher ou d’une dalle ;
  • Serre-dalles ou pince-dalles et potelets aux acrotères des immeubles ;
  • Plaques de protection ou perche.

Le garde-corps est le dispositif le plus exploité en matière de protection collective provisoire de chantier. Il aide à assurer la sécurité des travailleurs aux rives de dalle ou aux rives de toiture en pente sur un chantier en cours de construction ou de rénovation.

La hauteur des garde-corps par rapport au plancher doit être comprise entre 1 m et 1,10 m. Selon les prescriptions de la norme NF EN 13 374, ils doivent être rigides ou bien fixés et garantir une bonne résistance. Ces caractéristiques s’évaluent selon ladite norme.

Quelle est sa composition ?

Le garde-corps provisoire de chantier doit être composé de :

  • Lisse haute ;
  • Lisse intermédiaire (lisse située entre la lisse haute et l’espace de travail) ;
  • Plinthe ;
  • Potelet ;
  • Contrepoids, etc.

Concernant la lisse haute, il doit y avoir une distance d’au moins un mètre avec la surface de travail. Elle ne doit pas comporter une barre horizontale supérieure à 12 cm.

S’il n’y a pas de lisse intermédiaire, elle peut être remplacée par une structure treillis ou un filet de sécurité. Par ailleurs, le rôle de la plinthe est d’empêcher la chute de personnes et d’objets. Pour sa part, le potelet sert à fixer les lisses et les plinthes. Quant au contrepoids, il a pour rôle de maintenir le garde-corps provisoire ferme.

Sur tous ces produits, il doit y avoir la marque de la norme NF EN 13 374 ainsi que la catégorie des garde-corps temporaires (A, B, C). Les renseignements du fabricant ou du fournisseur, le mois ou l’année de fabrication ou le numéro de série doivent aussi y figurer. Le contrepoids doit porter une inscription indiquant la masse.

Enfin, un garde-corps provisoire qui respecte toutes ces règles doit impérativement être accompagné d’un guide d’utilisation et d’entretien.

Quelles sont les différentes classes de garde-corps temporaires ?

D’après les prescriptions de la norme NF EN 13 374, les garde-corps temporaires sont regroupés en trois catégories ou classes différentes : A, B, C.

Classe A 

Les garde-corps temporaires de cette classe sont faits pour protéger les plans de travail. Leur angle avec l’horizontale ne doit pas être supérieur à 10°. La résistance de ce type de garde-corps peut supporter une personne qui s’appuie sur celui-ci. Le dispositif peut également arrêter une personne qui se déplace dans sa direction, afin que celle-ci ne chute pas en cas d’un faux pas.

Classe B 

Un garde-corps provisoire de cet acabit a le rôle de protéger les plans de travail dont l’angle avec l’horizontale est de moins de 30° pour une hauteur d’1 m ou 60° lorsque la hauteur de chute est égale à 2 m. En plus de répondre à toutes les règles prévues dans la classe A, le garde-corps provisoire de classe B doit pouvoir interrompre une personne qui, par mégarde, aurait glissé sur le plan de travail. Il va aussi servir de main courante pour les déplacements sur le plan de travail.

Classe C 

Les garde-corps temporaires de cette classe ont pour rôle la protection d’un plan de travail avec un angle inférieur à 45° avec l’horizontale. Grâce à sa solidité et à sa fermeté, il doit être capable d’arrêter une glissade sur la surface de travail. Un garde-corps provisoire de classe C est plus résistant que ceux des classes A et B. Il peut donc résister à des chocs plus importants.

Toutefois, il existe des plans de travail avec un angle supérieur à 45° et une hauteur de chute supérieure à cinq mètres. Dans ce cas, fixer un garde-corps serait presque inutile. Il sera remplacé par des échafaudages ou une plateforme élévatrice mobile de personnes (PEMP).

Quels sont les différents matériaux qui composent un garde-corps ?

achats en ligne

Les garde-corps temporaires doivent être composés de matériaux résistants avec une longévité à long terme. La norme NF EN 13 374 prévoit qu’ils doivent être conformes aux réglementations européennes et aux normes ISO.

C’est le cas de garde-corps temporaires disponibles sur inoxdesign.fr. Ceux-ci sont en acier inoxydable. Il existe aussi des garde-corps temporaires de bonne qualité en aluminium, polyéthylène haute densité, polyamide, polypropylène, etc. Dans chacun des cas, le contrepoids doit être solide.

Quels sont les montants de garde-corps provisoire de chantier ?

Il existe trois types de montants (ou potelets) de garde-corps temporaires de chantier.

Type A 

Il va avec un fourreau qui a d’avance été enterré dans la dalle. Le fourreau peut être remplacé par du béton réservé à accueillir le potelet.

Type B 

Ce type de montant est composé de deux profilés parallèles et entrecroisés. Il s’applique sur des structures horizontales disposant d’accrochage.

Type C 

Destiné à être fixé par pincement de dalle, ce type de potelet est composé d’une pince dalle en pied.