Le soudage de l’inox de A à Z

soudure tigPour obtenir la continuité de deux pièces d’acier inoxydable, il est parfois nécessaire de procéder au soudage. Il s’agit d’une technique d’assemblage de pièces mécaniques qui se décline sous plusieurs méthodes : le soudage oxyacétylénique, soudage aluminothermique, soudage électrique par résistance, soudage à l’arc électrique, soudage semi-automatique, soudage à l’arc sous flux, soudage électrogaz, soudage par diffusion, etc. Ainsi, il existe différents procédés pour réaliser de la soudure ; ce billet vous donne quelques conseils pratiques pour bien réaliser le soudage d’inox.





La sécurité avant tout

Avant de procéder au soudage à proprement dit, il vous faut tout d’abord vous procurer l’équipement de protection qui s’impose : chemise à manches longues, une paire de pantalons, des gants, des lunettes de sécurité, mais qu’un outil de protection pour l’appareil auditif.

Choisir le procédé de soudure adéquat

Le choix de votre procédé de soudage doit dépendre des caractéristiques des pièces inox à souder, mais également de la solidité que la soudure doit avoir pour résister aux pressions éventuelles. D’une manière générale, le soudage avec une jointure en « T » est préféré, en procédant par chevauchement, par les extrémités ou en courbant les bords d’une des pièces à assembler.

Choisir la bonne méthode de soudure

Il existe de nombreuses techniques de soudage pour rassembler deux pièces en inox, mais sont prisés le soudage à l’arc électrique avec électrodes enrobées, le soudage à l’arc avec électrodes non fusibles, le soudage semi-automatique (MIG-MAG) et le soudage au fil fourré sans gaz. Pour un soudage semi-automatique, il faut bien choisir le gaz inerte approprié pour le type d’inox des pièces. Pour les autres techniques, le gaz inerte n’est pas absolument nécessaire, de l’hélium, de l’argon ou un mélange de différents gaz pourrait suffire.

Choisir le métal d’apport approprié

Le métal d’apport adéquat n’est pas le même, qu’il s’agisse d’assembler deux pièces en inox ou une pièce en inox avec une pièce en métal d’une autre nature.

Nettoyer

Les pièces à assembler doivent être bien nettoyées, afin d’éliminer les traces d’oxydes. Pour cela, utiliser une brosse métallique, et porter des gants pour éviter de salir la surface polie avec de la graisse sur les doigts.

Chauffer l’acier

Si les pièces en inox que vous allez souder sont particulièrement épaisses, ou conçues en acier riche en carbone, il vaut mieux préchauffer celles-ci. Pour une pièce en acier austénitique, vous n’avez pas besoin de préchauffage.

Effectuer le soudage

Une fois que les pièces sont bien immobilisées, monter la baguette dans le porte-électrode, en tournant la poignée pour l’immobiliser. Régler l’intensité du soudage et réaliser le soudage. Après, vous pouvez enlever les bavures de soudure en vous servant du burin. Pour obtenir une bonne soudure, vous pouvez bouger la source de chaleur à vitesse constante, dans le but d’obtenir un chauffage uniforme sur la totalité de la soudure.

Après le soudage, vous devez chauffer les pièces soudées, afin d’éviter que celles-ci ne subissent des fissures minimes à cause d’un refroidissement trop rapide. En effet, ces petites fissures peuvent affaiblir de manière considérable la résistance et la robustesse de votre soudure.